Sort'Anou

Sort'Anou

Histoires et légendes urbaines françaises (Episode 2)

Des légendes et histoires entourent certains lieux et personnages français. Suite à notre épisode 1 des “Histoires et légendes urbaines françaises, penchons nous ce mois ci sur 4 nouvelles légendes du folklore de nos régions et voyageons grâce à elles.

 Embarquement imminent pour la France des mystères et légendes. Préparez-vous à frissonner et à découvrir des histoires parfois assez stupéfiantes. 

Localisation

France

Durée

Aléatoire

1. L'Abbaye de Mortemer

Les lieux hantés ont une place très importante parmi les légendes urbaines populaires. Les histoires et témoignages autour de certains lieux sont parfois très troublantes. Parmi ces lieux mystérieux l’Abbaye de Mortemer tient la pole position. Découvrons l’une des histoires qui a value à ce lieu le titre de lieu le plus hanté de France.

Depuis de nombreux siècles, une légende raconte que l’Abbaye de Mortemer serait le témoin privilégié d’apparitions et de phénomènes mystérieux. D’après cette même légende une étrange silhouette habiterait les ruines de l’abbaye. Cette silhouette ne serait autre que Mathilde l’Empresse, fille du roi d’Angleterre Henri 1er.  Henri 1er aurait fondé cette abbaye cistercienne e 1134 à l’écart de tout.  A l’âge de 7 ans, Mathilde fut fiancée de force à un riche duc allemand. A l’âge de 20 ans, après la mort de son époux, Mathilde fut enfermée par son père au sein de l’abbaye, ce dernier lui reprochant son mode de vie désinvolte et sa folie.  

Cet enfermement fut pour Mathilde une souffrance extrême. Sa solitude et son isolement engendrèrent un vrai traumatisme qui la pousserait à errer entre les murs de l’Abbaye de Mortemer depuis le jour de sa mort. D’après les dires des témoins, lors de ses apparitions, Mathilde serait habillée d’une robe et d’un voile d’une blancheur caractéristique. Autre élément représentatif, elle serait accompagnée d’une chouette, posée sur l’une de ses épaules. Ces apparitions interviendraient uniquement les soirs de pleine lune et serait pour ceux qui la voit, signe de mauvais présage. 

Des témoignages troublants relatent, d’autres événements tout aussi étranges au cœur d’une certaine “Chambre Rose”. Des bruits de pas, des portes qui claquent, des tableaux qui bougent sans raison ou encore une présence invisible. Il paraitrait que dans les bâtiments de l’abbaye, il arrive que des lignes téléphoniques se mélangent, le courant subit des variations de tension inexplicables et ce malgré les nombreux travaux engagés.

Si vous apercevez, lors de votre visite, une dame blanche portant des gants noirs, d’après les anciens cela annoncera votre mort prochaine. Si en revanche cette dame blanche porte des gants blancs, elle serait présage de naissance ou d’épousailles. 

Si vous souhaitez tenter une aventure mystérieuse, vous pouvez vous rendre à l’Abbaye de Mortemer pour une chasse aux fantômes. L’association en charge de la gestion de ce patrimoine vous propose également de participer aux “nuits des fantômes”. A la lueur de nombreuses bougies, des animations vous feront découvrir les différentes légendes des lieux. Partez à la rencontre de la dame blanche mais veillez à respecter son habitation.

2. Le Soukounian

Pour cette légende, partons aux caraïbes, dans les Antilles françaises. En effet, c’est en Guadeloupe que nous avons tenté de suivre les traces d’un personnage mystérieux de la culture créole : Le Soukounian. Tantôt décrit comme un humain, tantôt comme un oiseau, l’apparence de cette figure légendaire fait débat. En revanche une chose est certaine, cette créature ne vous veut pas que du bien. 

Homme, femme, oiseau maléfique ? Et si le Soukounian était tout cela à la fois. Ayant une apparence humaine le jour pour se fondre facilement dans la masse, le Soukounian se transformerait d’après les habitants de l’Île, une fois la nuit tombée. C’est au pied d’un arbre que ce dernier entamerait sa transformation. Cet arbre, “le fromager” est pour certains maudit et pour d’autres sacré. Les épines du fromager sont particulièrement redoutables. A l’époque de l’esclavage, cet arbre servait notamment d’objet de torture pour les esclaves récalcitrants qui y étaient attachés nus, faisant ainsi pénétrer les épines dans leur peau. Au pied du fromager, le Soukounian laisserait sa peau humaine pour laisser s’échapper sa forme originelle, un oiseau lugubre. La peau est ensuite cachée dans les branches afin que personne ne puisse s’en saisir. La perte de cette peau serait extrêmement préjudiciable pour le Soukounian qui ne pourrait plus prendre son apparence humaine. Une fois la transformation achevée le Soukounian prendrait la forme d’un oiseau maléfique noir ou d’une boule de lumière flottant dans l’air. Ces apparences lui permettraient de survoler la Guadeloupe pour commettre des actes maléfiques et semer la terreur. Parmi ces actes maléfiques, il est rapporté que lorsqu’il a repéré sa victime, il lui sucerait le sang et y puiserait son énergie. Laissant ainsi sa victime pour mort.

Si vous vous baladez seul la nuit sur l’île, l’un des moyens d’éloigner cette créature est de porter vos vêtements à l’envers. Si toutefois cette technique n’a pas fonctionné et que vous vous retrouvez par malheur en face du Soukounian, ne le pointez pas du doigt et ne dites surtout pas son nom, vous pourriez signer votre arrêt de mort. Munissez-vous plutôt d’une paire de ciseau et d’ammoniaque. La paire de ciseau ouvert, lui rappellera les épines du fromager et le fera fuir.

Si vous n’avez pas peur de frissonner, le parc national de Guadeloupe propose une balade nocturne “A la rencontre des Soukounians”. Vous découvrirez les mystères des forêts marécageuses de Guadeloupe. Vous pourrez après avoir rencontré les légendes des lieux, profiter d’une collation dans un restaurant local. 

3. Le Noyer de Ripaille

Le lac Léman, situé entre la France et la Suisse, inspire un calme et une quiétude absolue. Cependant, d’après la légende du Noyer de Ripaille, malgré le calme apparent de ces eaux, le mal peut surgir ici et là.

Il y a fort longtemps au bord du Lac Léman, des bateliers assuraient la traversée de vivres et de personnes entre Lausanne et Thonon. Ces navigations étaient pénibles et épuisantes pour ceux qui les pratiquaient. Un soir, alors que l’un des bateliers amarrait son embarcation à Lausanne pensant avoir terminé sa journée, un homme se dressa devant lui pour lui demander d’assurer une dernière traversée pour le conduire à Thonon. Une fois la nuit tombée la navigation peut s’avérer très difficile ce qui contraint le batelier de refuser. Face à ce refus l’homme lui proposa une très forte somme d’argent. Somme impossible à refuser pour le batelier qui accepta finalement la course. L’étrange homme était particulièrement bien vêtu et possédait une mystérieuse mallette. Au fil du temps et des discussions, l’homme étonnamment bavard confia qu’il transportait un fabuleux trésor fait de merveilleux diamants.

Le batelier était habitué à travailler très dur pour des revenus très maigres. Des idées sordides germaient alors dans sa tête. Après quelques instants de réflexion, le batelier entama une brusque manœuvre, fit tanguer l’embarcation. Aidé par un coup d’épaule de celui qui avait pour mission de lui assurer une bonne traversée du Lac, l’homme se retrouva à l’eau. Le Trésor demeurait quant à lui en sécurité à bord. Le batelier continua sa route sans jamais se retourner, malgré les cris de détresse du malheureux voyageur.

Au lieu d’accoster à Thonon celui-ci décide de se rendre un peu plus loin pour accoster au port de Ripaille pour y vérifier le contenu de la mallette. Il découvrit des diamants énormes dans des quantités impressionnantes. Cette fois c’était sûr, il était RICHE ! Sans perdre une seconde il se précipita dans les ruines du château de Ripaille pour y cacher son butin. Une fois son trésor à l’abri, il décida de se reposer non loin de son trésor.

Alors qu’il s’était assoupi, une tête effrayante lui apparut, la tête du diable. Le diable reprocha au batelier de lui avoir volé son trésor et pour se venger, le diable planta le batelier en terre. Immédiatement il se transforma en arbre, en Noyer qui au fil des années ne cesse de grossir. D’après la légende, chaque année à la date d’anniversaire de cet événement, les eaux deviendraient impraticables. Un corbeau blanc pousserait des cris lugubres rendant fou quiconque l’entendrait. Comble de l’effroi, le diable surgirait des profondeurs du lac, chassant ainsi les nuages pour permettre à la lune d’éclairer le Noyer de Ripaille. Faisant ainsi la lumière sur cette sordide affaire. 

De passage à Thonon-les-Bains, partez à la découverte du Chateau de Ripaille. Ce château est l”un des plus beaux de la région. Agé de plus de 3000 ans ce lieu est très riche en histoire. Tenté de trouver Le Noyer de Ripaille au cœur de la forêt et l’arboretum de Ripaille

Dans la forêt de Ripaille, vous découvrirez “Le Mémorial des Justes”. Ce monument commémoratif rend hommage à ces hommes et femmes qui ont caché, aidé et sauvé les juifs durant la dernière guerre mondiale. 

4. La momie de l'Eglise St Thomas

Strasbourg est l’une des villes françaises les plus célèbres à travers le mode. Outre sa richesse architecturale, la ville alsacienne compterait un grand nombre de récits légendaires. Parmi ces histoires, une légende troublante nous mène tout droit à l’Eglise St Thomas. Lumière sur une légende aux origines mystérieuses.

En pénétrant dans les caveaux de l’Eglise St Thomas, un étrange décor interroge bon nombre de visiteurs. En effet, au milieu d’une grande pièce est exposé un cercueil en verre dans lequel repose le corps d’une jeune fille. Cette jeune fille est vêtue d’une belle robe de mariée et porte de nombreux bijoux. D’une maigreur squelettique, elle esquisse un sourire absolument effrayant. Quel drame raconte la présence de cercueil ? 

Une légende locale raconte que cette jeune fille mourut au moment même de son mariage avec un noble chevalier alsacien. Une mort mystérieuse et de causes inconnues. Cette mort mystérieuse donnerait lieu à d’étranges apparitions. Jusqu’aux années 50, un bal était organisé à Strasbourg pour venir en aide aux pauvres. C’est lors de cet événement qu’apparaitrait le fantôme de la jeune fille qui se glisserait parmi les danseurs accompagnés d’un mystérieux cavalier. La reconnaître ne serait pas ben compliqué. Elle serait vêtue de la même robe et des mêmes bijoux que dans son cercueil de l’Eglise St Thomas. Sa maigreur serait également un trait qui permettrait de la confondre, avec des joues très creuses et des yeux profondément ancrés dans leur orbite. 

Malgré une allure effrayante, détrompez-vous, sa présence n’a rien de maléfique. Si vous la reconnaissez au détour d’une rue strasbourgeoise, la jeune fille se contentera uniquement de vous adresser un sourire ô combien effrayant mais vous laissera la vie sauve.

Bien que le bal des pauvres ne soit plus organisé depuis les années 50, visiter cette ville et plus largement l’Alsace est l’assurance de découvrir une terre de légende. Outre l’Eglise St Thomas, Alsatourisme recense de nombreux lieux de légende qui n’attendent que votre visite pour dévoiler tous leurs nombreux secrets. Embarquez pour l’Alsace de légende.

Que se passe-t-il chez vous ?

Et vous, quelles sont les légendes de votre région? Dites le nous dans l’espace commentaires ou envoyez nous un message ici . Vous pouvez également devenir organisateur et créer une sortie pour les faire découvrir autour d’une ballade guidée. 😁  

Partager

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur email

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *